17.02.08

Manuels sans frontières : une histoire d'amitié

  09:20:34, Catégories: Solidarité

Sésamath est très heureux de relayer l'action de cette association efficace, ouverte et sympathique, association avec qui elle travaille depuis quelques temps :

www.manuels-sans-frontieres.org

Cette histoire démarre au début des années 2000. Nathalie et Olivier, les "africains blancs" de l'équipe, effectuent plusieurs séjours au Burkina-Faso. C'est ainsi qu'ils rencontrent Sylvain, un burkinabè qui gagne sa vie en tenant un télécentre de Ouagadougou et se démène pour le développement de Komsilga, son village situé dans la brousse. Durant l'été 2002, une association finance un séjour de Sylvain en France, pour régler un dossier d'adoption. Ses amis lui font visiter le Béarn. Lors d'une soirée, Sylvain raconte sa vie au Burkina, les difficultés de son village, la faible scolarisation d'enfants dont les parents se battent quotidiennement pour survivre. Le groupe est ému. "Il faut faire quelques chose !" Qui n'a jamais eu cette réflexion ? Mais que faire lorsqu'on est enseignant, et qu'on ne sait que transmettre son savoir ? On peut aider d'autres enseignants à participer à cette clé du développement !

De nombreux courriers électroniques sont échangés, en France, au Burkina, entre les deux pays. Dans un premier temps, des manuels inutilisés sont récupérés dans des établissements scolaires, et expédiés par système "D" (c'est-à-dire dans des containers, des véhicules, et même dans des congélateurs !). Mais le transport est coûteux et les manuels français ne sont pas toujours adaptés.

La solution est ailleurs : il faut éditer des manuels spécialement conçus pour l'enseignement en Afrique. Quelques mois plus tard, Nathalie, Jacques, Daniel, Olivier, Jacques, Philippe, Sandrine, Maryse et Patrick se réunissent dans la salle du conseil de la Mairie d'Artiguelouve et fondent l'association Manuels sans frontières. Les premiers manuels d'alphabétisation et de physique-chimie de l'eau sont édités. Même si ces ouvrages sont plus légers que les livres du commerce, leur transport est compliqué. Il faut aller plus loin : si l'on veut éviter le coût du transport tout en participant au développement économique local, il faut imprimer au Burkina. Quelques soirées africaines plus tard, Olivier retourne à Ouagadougou, un photocopieur sous le bras, et aide Sylvain à ouvrir la première micro-imprimerie de Manuels sans frontières. Entre temps, des liens sont tissés. L'équipe est rejointe par Ely, le malien, Mohamed, le comorien et Joëlle, la marocaine. Des partenariats sont établis avec d'autres structures, comme Sésamath. Des manuels sans frontières "made in France" et "made in Burkina" sont distribués dans une dizaine de pays africains.
L'association connaît des succès, des échecs, beaucoup de rencontres, quelques déceptions, et toujours la même certitude partagée : l'avenir des pays en développement passe par l'éducation et l'alphabétisation.

6 commentaires

Commentaire de: verny [Visiteur]  
verny

belle histoire . Et n’ oublions pas de rajouter l’essentiel : le travail de l’association porte ses fruits .
félicitations

14.03.08 @ 17:35
Commentaire de: Sion Marie-Pierre [Visiteur]  
Sion Marie-Pierre

Voilà, je suis ancienne prof de math. J’ai maintenant adhéré au GREF (Groupement des Retraités Educateurs sans Frontière). Je pars au Mali pour un projet qui s’intitule QUALES (Appui à la qualité de l’enseignement secondaire). Nous interviendrons dans des lycées auprès des profs de maths, français et HG. Projet financé par les régions Ile de France et Nord Pas de Calais. Un de nos objectifs est justement d’impulser une collaboration entre les profs grâce à la communication électronique. Ca risque de ne pas être facile vu les conditions de travail des profs en Afrique… mais quand on n’a pas de livres pour préparer les cours et que le courrier ne fonctionne pas bien…
Si quelqu’un a des tuyaux là dessus, je suis preneuse. Merci

29.08.08 @ 15:52
Commentaire de: SEGNOU Dieudonné [Visiteur]  
SEGNOU Dieudonné

Je suis un père de famille. Agé de 41 ans, je suis originaire du Cameroun, de la région de l’Ouest. Les enfants de mon village (BABADJOU) ont un besoin réel de fournitures scolaires. L’aide de votre association sera la bienvenue dans ce village du Département des Bamboutos. Je m’engage à apporter mon appui financier dans le cadre de l’achéminement des livres de l’embarquement jusqu’à mon village.
Restant à votre disposition pour tout renseignement complémentaire, je prie de croire à mon profond respect.

SEGNOU Dieusonné

22.08.09 @ 12:36
Medjo François Médard

Je suis Conseiller en alphabétisation et en éducation multilingue. Je suis vraiment très intéressé par ce que votre association fait dans le cadre du soutien de l’éducation au Burkina Faso. Je suis Camerounais et je travaille dans un programme d’éducation non formelle au Cameroun dans la région de l’Est et plus particulièrement dans l’Arrondissement de Lomié.je voudrais que nous puissions entretenir un partenariat dans le domaine de la publication des manuels d’acquisition du français et de transition en langue française-langue koonzime. Merci.

22.08.09 @ 13:28
Commentaire de: KOCA Franz [Visiteur]  
KOCA Franz

Impossible d’accéder au site de manuels sans frontières.
Erreur 500: problème serveur.
Le site serait-il victime de son succès suite à l’émission sur RFI ce matin?

22.08.09 @ 15:27
Commentaire de: yannick mpina [Visiteur]
yannick mpina

suis conseiller de jeunesse et d’animation au Cameroun.Pour moi,comprendre vos actions afin de les relayer sur le terrain est une chose pour laquelle je me porte volontaire.
le +237 96 38 88 32 est mon numero de téléphone et vous avez deja mon email.
toutes mes félicitations

28.01.10 @ 16:09


Formulaire en cours de chargement...