Catégorie: "Solidarité"

10.09.09

Voici un témoignage de Sabrina qui illustre en partie la politique d'action sociale engagée par Sésamath (à un niveau très modeste pour l'instant) et qui s'inscrit parfaitement dans une logique partenariale, comme par exemple avec l'association "Manuels sans Frontières". S'il est forcément très utile d'envoyer quelques livres, il est surtout important pour Sésamath d'essayer de favoriser la production de ressources locales, rendue possible par la licence libre, dans une reflexion globale sur les REL (ressources éducatives libres).

Sabrina en Afrique

Cet été, j'ai eu la chance de partir un mois au Bénin en alliant voyage et partage.
L'agence de tourisme solidaire Double Sens m'a donné l'occasion de combiner 9 jours de découverte du pays avec trois semaines de mission d'aide au développement dans le village de Lokossa.
Je suis intervenue dans un centre pour enfants appareillés et handicapés moteurs.
J'ai été chargée d'animation et de soutien scolaire auprès d'un groupe d'enfants de niveau CE1 (non scolarisés pendant la période de rééducation au centre).
A cette occasion, Sésamath m'a fait parvenir 80 manuels scolaires (20 de chaque niveau) afin de les distribuer sur place ; c'est malheureusement une denrée rare pour les professeurs de collège.
La solidarité s'est mise en place bien avant le départ puisque les manuels ont été répartis entre plus d'une dizaine de voyageurs afin qu'ils atteignent Cotonou. Ils ont ensuite été envoyés dans plusieurs collèges selon les besoins locaux.
Cette expérience a été l'une des plus enrichissantes qu'il m'ait été donnée de vivre, les enfants ont tellement à donner et le pays ne compte pas ses sourires. Allez-y, vous ne pouvez pas ne pas être conquis !
Merci à Sésamath, aux différents voyageurs et à Double Sens pour avoir permis à quelques adolescents béninois de travailler eux aussi sur des manuels.

Sabrina Roberjot, membre de Sésamath
sabrina.roberjot@sesamath.net

06.09.09

Tandis que le ministère de l'Education Nationale lance l'expérimentation "Manuel numérique et ENT", c'est l'occasion de présenter ici les manuels numériques Sésamath et plus particulièrement le manuel 6e, dernier né de la série.
On pourra se reporter à l'article que j'ai écrit dans les Dossiers de l'Ingénierie éducative ayant pour titre : "Nativement numériques. Les manuels Sésamath"
A lire aussi sur ce thème les billets de ce blog sur les narrations de recherches dans les manuels Sésamath ou encore le billet présentant l'aventure des manuels Sésamath.

Voici 3 petites vidéos montrant en quoi ces manuels Sésamath sont précisément des manuels numériques.
Commençons par une petite vidéo de 3 min 30 (avec commentaires sonores) qui nous présente les sources du manuel ainsi que les compléments numériques.
Pour faire les manipulations en même temps, le point de départ est le site du manuel Sésamath.

Cette deuxième vidéo (2min) présente le diaporama du manuel, ses liens avec les compléments et la question du téléchargement en local :

Enfin la troisième vidéo montre les compléments qui sont réservés aux enseignants : livres du maître, corrections... présents sur le site Sésaprof :

(video visible très prochainement !)

Nous vous présenterons dans les semaines à venir 2 autres videos, la première pour montrer les liens entre les manuels numériques et labomep d'une part et Kidimath d'autre part.

A noter : les compléments du manuel 6e sont actuellement en cours de finalisation.

sebastien.hache@sesamath.net

02.06.09

Voilà, Kidimath est désormais entièrement accessible pour les quatre niveaux du collège !

Sont disponibles : près de 2000 exercices intéractifs (Mathenpoche), l'équivalent de 4 manuels numériques au collège (les manuels Sésamath) avec leurs compléments, plusieurs centaines d'exercices corrigés par animation (les "A toi de jouer"), de nombreuses animations présentant les méthodes (aides Mathenpoche) mais aussi plus de 50 exemples de Devoirs Surveillés corrigés (pour certains par animation). Tout est accessible depuis un seul endroit (par chapitre), avec une liste de pré-requis ("je me souviens") pour faire le lien entre les notions.

Elèves, parents... ce site a été conçu pour vous, dans une perspective d'accompagnement à la scolarité.

Plusieurs jeux mathématiques sont également utilisables en ligne... en attendant très prochainement les ceintures de calcul mental, grâce au formidable travail réalisé par l'équipe de Calculatice !

Pour ceux qui veulent garder trace de leur parcours (partie scolaire ou jeux), il est possible de s'inscrire (inscription libre et gratuite).

Kidimath va continuer à s'enrichir et à s'améliorer dans les mois à venir.
Kidimath s'inscrit parfaitement dans la devise de Sésamath : "les mathématiques pour tous !"

sebastien.hache@sesamath.net

11.05.09

Nous en avions déjà parlé dans ce blog, le lancement du site Kidimath sera bien effectif le 30 Mai.
C'est un événement majeur dans la vie de Sésamath, fruit d'un long processus de maturation et de construction.
Dans Kidimath, on retrouve à la fois la convergence de nombreux projets (manuels, Mathenpoche, ebeps...) mais aussi l'illustration de la philosophie profonde de l'association : solidarité, intérêt général, service public.

Kidimath présentera 2 grandes parties pensées dans la complémentarité :
- D'abord une partie plus "scolaire", permettant aux élèves qui le souhaitent, mais aussi à leurs parents (et plus généralement toute personne qui veut refaire des Mathématiques au niveau collège), de réviser, s'entraîner, s'évaluer, comme l'illustre la vidéo ci-dessous :

Le niveau 3e est d'ores et déjà accessible en ligne pour ceux qui veulent tester. Très intéressant en particulier pour ceux qui préparent le brevet ou pour des élèves de seconde qui voudraient retravailler certaines notions.

- Ensuite des jeux mathématiques : jeux logiques, de calcul mental... avec par exemple la possibilité de passer ses "ceintures de Calcul mental", grâce aux situations développées par l'équipe de Calcul@tice dans le département du Nord (sous l'impulsion de l'IA 59). Espérons que cette partie "jeux" se développera encore dans les mois à venir. Tous ceux qui veulent y contribuer en apportant leurs idées ou leurs productions sont bien entendu les bienvenus.

Toutes les ressources de Kidimath seront accessibles, gratuitement, librement et sans identification.
Une identification sera toutefois proposée pour ceux qui voudraient enregistrer leur parcours et leur bilan dans Kidimath, mais aussi leurs résultats aux jeux proposés (par exemple pour passer ses ceintures de calcul mental).

Nous aurons évidemment l'occasion d'y revenir plus précisément encore dans ce blog.

sebastien.hache@sesamath.net

07.05.09

Depuis sa création, l'association Sésamath (loi 1901) a toujours eu comme souci d'avoir une comptabilité la plus transparente possible, et c'est pourquoi le budget de l'association est publié en ligne chaque année.
D'où vient l'argent dont dispose l'association ? Qu'en fait-elle ?
En plus des chiffres bruts, une petite analyse s'impose.
Tout d'abord, il faut remarquer que les recettes de l'association (et corollairement ses dépenses) augmentent de façon considérable depuis sa création : 15 000 euros de recettes de 2005... et presque 230 000 euros en 2008. L'évolution est très nette.

D'où vient cet argent ?
A 91% les recettes proviennent des contrats d'édition sur les manuels Sésamath, cahiers Mathenpoche et CD Mathenpoche.
A titre d'exemple, à chaque fois que l'éditeur Génération5 a vendu un manuel Sésamath en 2008 au prix de 11 euros, Sésamath a touché 3 euros. Il ne s'agit pas de contrats de cessions de droits, puisque les contenus publiés sont par ailleurs libres de droit (quiconque peut les publier, sous réserve de respecter la licence) mais bien de contrats de co-édition : Sésamath donne accès gratuitement aux ressources numériques libres sur ses sites et fait la promotion des manuels papier correspondants.
A noter, que Sésamath a reçu pour près de 2000 euros de dons, venant essentiellement de particuliers. Qu'ils en soient remerciés. D'autres organismes comme Wikimedia se financent presque intégralement par les dons... Sésamath en est encore bien loin !

Pour quoi faire ?
Le graphisme suivant illustre les 4 grands postes des dépenses de Sésamath.


Sésamath est une association qui est née et se développe grâce à Internet... et n'a donc pas de locaux physiques. Mais comme les membres sont souvent très éloignés géographiquement, les déplacements et réunions occasionnent une partie importante des frais : ce n'est pas pourtant faute de camper très souvent chez l'habitant (ce qui ne manque d'ailleurs pas de charme), mais les prix des déplacements restent incompressibles... Sésamath a également investi dans du matériel informatique, essentiellement des serveurs et des ordinateurs portables.
Enfin, le poste de dépense principal concerne les salariés. En dépit de ses nombreuses demandes, Sésamath n'a jamais obtenu du ministère de l'Education Nationale la moindre mise à disposition ou heure de décharge. L'association a donc décidé de salarier certains de ses membres professeurs, sur le principe de la compensation de salaire. Depuis septembre 2008, Sésamath dispose ainsi d'un salarié à temps plein et de 5 salariés à mi-temps (faisant leur autre mi-temps comme professeur de Mathématiques dans l'Education Nationale). Ces salariés ont deux missions principales : s'occuper de la communication et la représentation de l'association (colloques, ..) et développer les outils permettant le travail collaboratif des bénévoles (Sésaprof, interface collaborative...) et la diffusion des ressources pédagogiques (Labomep, Kidimath...).

sebastien.hache@sesamath.net

19.03.09

A l'origine, Sésamath est une association qui s'adresse essentiellement aux professeurs de Mathématiques. Mais les ressources créées par l'association et mises à disposition gratuitement sur Internet n'ont pas intéressé que les professeurs de Maths, loin de là ! En particulier, de nombreux élèves et parents sont venus visiter les sites. Plus de la moitié des personnes inscrites à la lettre Sésamath étaient d'ailleurs des élèves...
En diffusant le logiciel Mathenpoche, il est clair que ce phénomène a été largement accéléré. En effet, même si au départ Mathenpoche est prévu et pensé pour une utilisation en classe grâce à l'application Mathenpoche réseau (prochainement remplacée par Labomep), beaucoup s'en servent aussi à la maison, soit directement en ligne, soit après téléchargement. Les témoignages des élèves sont d'ailleurs de plus en plus nombreux.

Il devenait peu à peu évident pour Sésamath de créer un site spécifiquement dédié aux familles en général.
A l'heure où l'accompagnement à la scolarité payant se développe sur Internet et où toutes sortes d'initiatives malheureuses pointent le bout de leur nez, Sésamath a donc mis en chantier ce nouveau site. Evidemment, c'est un travail de longue haleine, commencé depuis près de 2 ans avec la création de ressources spécifiques pour Kidimath (en particulier des exemples de devoirs surveillés corrigés par animation).

Depuis maintenant quelques semaines, le développement du site s'est accéléré, rendant très plausible sa mise en service avant la fin de cette année scolaire.
Si tout se passe comme prévu, cette année scolaire verra donc l'émergence de trois nouveaux projets de Sésamath : Sesaprof, Labomep et Kidimath.
Ces trois projets ont une caractéristique commune : ils présentent des ressources totalement adaptées aux différents types d'utilisateurs. Une sorte de Sesamath 2.0 en somme.

Dans les prochaines semaines, nous vous montrerons progressivement à quoi ressemblera Kidimath et tous les avis seront évidemment les bienvenus.

sebastien.hache@sesamath.net

28.01.09

Sésamath a déjà publié plusieurs billets dans ce blog sur la question du libre en général et des notions de solidarité internationale en matière d'éducation.
Ces deux domaines ont, selon nous, de nombreux points communs.
Et s'il est vrai que l'association s'est construite finalement dans une grande méconnaissance de ces questions, elle est en train de combler rapidement son retard.

Qu'est-ce que ces "ressources éducatives libres" ? Et d'abord qui cela intéresse-t-il ?
Pour en parler très concrètement, je voudrais présenter l'initiative "Ressources Educatives Libres en Afrique Francophone" soutenue notamment par l'UNESCO et l'AUF (Agence Universitaire de la Francophonie).

Je cite en particulier ce passage de la page du garde du site :

"A l’heure actuelle, l’intégration des REL dans les programmes éducatifs est devenu un phénomène mondial. De nombreux pays proposent l’utilisation de ce type de ressources pour multiplier le développement de cours en ligne mais également pour favoriser le libre échange de ressources. Plus structurée dans certaines régions du monde, la notion de REL reste encore limitée et peu comprise et utilisée en Afrique francophone.
Basé sur la gratuité totale ou partielle en fonction des licences, ce système de production et d’échange est aujourd’hui envisagé comme une solution adaptée et réaliste qui permettrait aux pays africains de se positionner en tant que producteurs de contenus et non plus en tant que simples consommateurs de ressources souvent peu adaptées. Cette voie propose également de nouveaux modèles économiques, notamment pour la production de manuels scolaires au niveau local sur la base d’un travail collaboratif entre enseignants."

En quoi l'association Sésamath s'inscrit-elle dans ce mouvement et comment peut-elle aider à le promouvoir ?
Sésamath a acquis une petite expérience sur la construction collaborative de manuels scolaires sous licence libre. Au départ, cela apparaissait utopique et impossible pour beaucoup. Pourtant force est de constater que 4 manuels scolaires et autant de cahiers d'exercices libres ont ainsi été créés dans le cadre de l'association. Avec un nouveau modèle économique à la clé, qui fonctionne d'ailleurs très bien !
Cela peut-il être utile à d'autre ? Comment partager cette expérience ?
Ce sera en grande partie l'enjeu de mon intervention lors du premier atelier de REL AF qui se tiendra à Dakar début Mars. Sésamath a beaucoup de chance de participer à un tel atelier, pour essayer de donner un peu de son expérience, mais aussi et surtout pour recevoir celle des autres, un bien très précieux.

Une réflexion encore plus personnelle maintenant.
Il y a maintenant 5 ou 6 mois, en écoutant un reportage à la télévision, j'ai entendu un ancien prix Nobel (d'économie me semble-t-il) qui, parlant du grave problème du prix des aliments de base, invoquait la nécessité, pour lui, d'en fixer le prix, en dehors des règles du marché, afin d'éviter les drames humains qu'on a pu voir ces dernières années.
Cette notion de nourriture de base. Un bien vital.
Immédiatement, je me suis dit qu'on pouvait sans doute faire un parallèle avec la notion de "ressources éducatives de base". C'est sans doute moins vital au niveau physique et morphologique. Mais peut-être tout autant d'un point de vue humain.
Or s'il paraît d'emblée difficile de régler facilement la question de la nourriture, a priori ça semble beaucoup plus réaliste et à notre portée, concernant les ressources éducatives.
En lisant ce matin le très bon livre "Wikipedia, découvrir, utiliser, contribuer" écrit par Florence Devouard et Guillaume Paumier (édition PUG), je suis tombé sur cette phrase de Michel Serres :
"Si vous avez du pain et moi deux euros, et si je vous achète du pain parce que j'ai faim, vous allez avoir deux euros et moi du pain. Cet équilibre-là, qu'on appelle un "jeu à somme nulle", est le principe même de l'économie. Tandis que si vous savez un théorème ou quelque information concernant le vivant et que vous me l'enseignez, vous me le donnez mais vous le gardez. Par conséquent, ce n'est plus un jeu à somme nulle. Ce déséquilibre produit, infiniment, des connaissances illimitées."

Ce qui est peut-être le plus étonnant dans tout ça, c'est que pour parvenir à construire ces "ressources éducatives de base", nul besoin, a priori, de grandes décisions politiques : cela peut se faire en partant complètement de la base, et c'est sans doute ainsi que c'est le plus efficace (ce qui ne veut pas dire qu'ensuite il ne faut pas un relais institutionnel, bien au contraire). Sésamath, par exemple, ne doit rien (et plutôt même le contraire) au ministère de l'éducation nationale en France et s'appuie finalement sur assez peu d'enseignants (certes particulièrement motivés). Mais même ainsi (et j'allais dire, surtout ainsi) l'effet levier est très important, spectaculaire même à certains égards.

A méditer.

sebastien.hache@sesamath.net

06.12.08

Après un premier billet sur la question des Maths et de l'hôpital, le blog de Sésamath est vraiment très heureux d'accueillir le témoignage de Véronique Wiatr qui travaille dans une circonscription ASH du Nord. Ce travail mérite vraiment d'être salué !

Les Inspections A.S.H. apparaissent avec la loi de 2005.

La Loi de 2005

Les actions en faveur de la scolarisation des élèves handicapés menées par le ministère de l’éducation nationale sont renforcées par la loi de 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. La loi affirme le droit des élèves handicapées à l’éducation ainsi que la responsabilité du système éducatif comme garant de la continuité du parcours de formation de chacun. Cette loi est applicable depuis le 1er janvier 2006.

Elle fait obligation :
* d’assurer à l’élève, le plus souvent possible, une scolarisation en milieu ordinaire au plus près de son domicile ;
* d’associer étroitement les parents à la décision d’orientation de leur enfant et à toutes les étapes de la définition de son projet personnalisé de scolarisation (P.P.S.)
* de garantir la continuité d’un parcours scolaire, adapté aux compétences et aux besoins de l’élève ;
* de garantir l’égalité des chances entre les candidats handicapés et les autres candidats en donnant une base légale à l’aménagement des conditions d’examen.

« L’A.S.H. »
Le but de « l'ASH » est de permettre à tous les enfants ou adolescents, handicapés, en difficultés passagères ou non, quels qu'ils soient, d'être scolarisés comme les autres.

La circonscription est pilotée par l’Inspecteur de l’Education Nationale chargé de l’A.S.H. avec l’aide de son équipe de circonscription.

L’adaptation Scolaire
Au sein du collège, les Sections d’Enseignement général et Professionnel adaptée (SEGPA) accueillent des élèves présentant des difficultés scolaires graves et durables. Ils ne maîtrisent pas toutes les connaissances et compétences attendues à la fin de l'école primaire, en particulier au regard des éléments du socle commun. La SEGPA permet la mise en œuvre de parcours de formation individualisés adaptés à chacun des élèves qu'elle accueille en prenant en compte les compétences qu'ils sont effectivement susceptibles de mobiliser.
La progression individualisée des élèves s'inscrit dans le cadre des trois cycles du collège.
Elle conjugue des enseignements généraux et professionnels, permet une éducation à l'orientation afin de faciliter, à la suite du cycle d'orientation, une formation à visée professionnelle dans un lycée professionnel ou dans un centre de formation d'apprentis.

Les enseignements sont assurés par :
* des instituteurs et des professeurs des écoles spécialisés, titulaires de l'option F du CAPSAIS (certificat d'aptitude aux actions pédagogiques spécialisées de l'adaptation et de l'intégration scolaires) ou du CAPA-SH (certificat d'aptitude professionnelle pour les aides spécialisées, les enseignements adaptés et la scolarisation des élèves en situation de handicap),
* des professeurs de lycée et collège,
* des professeurs de lycée professionnel.

Pour une orientation en SEGPA (ou EREA), un dossier est transmis à la Commission Départementale d’0rientation qui prend la décision d'orienter ou non un élève en SEGPA (ou EREA) et qui l'affecte dans une SEGPA (ou EREA) du bassin d'éducation.

Le secrétariat de la CDO, la gestion des enseignants instituteurs ou professeurs des écoles exerçant en SEGPA sont assurées par l’Inspection A.S.H.

La scolarisation des élèves handicapés

Dès l'âge de 3 ans, si leur famille en fait la demande, les enfants handicapés peuvent être scolarisés à l'école maternelle. Chaque école a vocation à accueillir les enfants relevant de son secteur de recrutement. Pour répondre aux besoins particuliers des élèves handicapés, un projet personnalisé de scolarisation organise la scolarité de l'élève, assorti des mesures d'accompagnement décidées par la Commission des droits et de l'autonomie (C.D.A.). La scolarisation peut être individuelle ou collective, en milieu ordinaire ou en établissement médico-social.
Le suivi du parcours de scolarisation des élèves est assuré par l’enseignant référent du secteur.
Le recours à l'accompagnement par un auxiliaire de vie scolaire et à des matériels pédagogiques adaptés concourt à rendre possible l'accomplissement de la scolarité.

L’inspection A.S.H. assure la gestion des enseignants spécialisés des établissements, des enseignants référents, des auxiliaires de vie.

Mais aussi…

L’Inspection A.S.H. assure la gestion des enseignants titulaires mobiles et le suivi des remplacements pour un bassin.

Le rôle de l’animateur TICE (par exemple…)

L’Inspecteur ASH confie des missions à son animateur TICE. Ces missions peuvent variées d’un bassin à l’autre.
En général, l’animateur TICE intervient à mi-temps pour la formation, l’accompagnement des personnels, mais il peut également apporter des conseils ou des aides techniques auprès d’enseignants scolarisant des élèves porteurs de handicap dotés de matériel informatique. Sur l’autre mi-temps il assure le secrétariat CDO et la gestion des auxiliaires de vie.

30.11.08

  11:09:45, Catégories: Mathenpoche, Solidarité

Mathenpoche est un outil en pleine évolution qui s'adresse à l'origine essentiellement aux professeurs de Mathématiques pour une utilisation en classe.


Dans la revue Mathematice, parmi tous les articles autour de Mathenpoche, l'un d'eux s'attache d'ailleurs aux commentaires des professeurs de Maths laissés sur le livre d'or de ce logiciel : "Utilisation de Mathenpoche, des enseignants témoignent."

Mais Mathenpoche est aussi utilisé de plus en plus directement par les élèves dans un cadre extra-scolaire. Parfois dans des structures bénévoles d'aide aux devoirs (dont nous saluons ici le travail), ou, plus généralement encore, chez eux, avec ou sans leurs parents.
C'est pourquoi on retrouve dans le livre d'or de Mathenpoche, beaucoup de témoignages d'élèves et quelqu'uns, plus rares, de parents.
Sans doute serait-il utile de faire, comme pour les professeurs, un article de Mathematice sur ces différents témoignages (et si quelqu'un est intéressé par ce chantier, il est évidemment le bienvenu). En attendant ce travail nécessaire d'analyse, je me suis contenté de reprendre les 4 derniers témoignages laissés à l'heure où j'écris ce billet :

élève : "Ce site suis chaque élève et ça m'a beaucoup encouragé et m'a fait progresser en math. Ce site est très séduisant : je le conseille à tous les élèves."

élève : "salut j'adore votre site car j'ai beaucoup progresser avec en math. merci by"

parent : " Ce site est fabuleux, mes enfants comprennent et moi qui est quitté l'école depuis 22 ans je comprends des choses que je trouve maintenant très simples et pour lesquelles je ne comprenais absolument rien. Vous êtes l'un des meilleurs sites auquel je mes suis connecté. Si seulement les profs de Maths pouvaient s'appuyer (en cours) sur un outil pédagogique tel que celui là !
PS : Je ne suis pas du genre à passer la pommade ! Je suis absolument sincère.
MERCI. SIGNE : Un parent réconforté de savoir que vous existez.
"

élève : " j'aime bien le site maths en poche car sa m'aide énormément et comme je suis pas très bonne élève en maths donc c'est une occasion de travaillé en maths de plus je remercie mon professeur de mathématique Monsieur Cavalier qui est très sympa et qui enseigne super bien je vous remercie monsieur Cavalier et bon courage."

Pour terminer, un autre témoignage qui a beaucoup marqué l'équipe de Mathenpoche et qui donne vraiment à réfléchir :
parent : "C'est assez incroyable de pouvoir accéder à un site que je confirme comme étant d'intérêt public.
Je n'ai de cesse de le promouvoir tant les progrès de mon fils sont surprenants. Ce qui est intéressant c'est le fait que même si vous connaissez les résultats à apporter aux problèmes de mathématiques, rares sont ceux qui ont la pédagogie pour transmettre leur savoir. Ce site permet à la fois de faire évoluer votre enfant et de vous rapprocher de lui, le regard de votre enfant sur vous même change et votre crédibilité en temps que support à l'enseignement augmente.
Long Life.
"

Et bien alors, Long life, Mathenpoche !

15.11.08

Le projet TeP-Pérou a débuté à Lima en septembre 2007, après des contacts préliminaires en France.
En mars 2006, Mariano Gonzalez, professeur de mathématiques de l'université PUCP, a été invité au séminaire annuel des directeurs d'IREM à Paris. A cette occasion Mariano a rencontré Benjamin Clerc, président de Sésamath, et il lui a fait part de son intérêt pour une version espagnole de TracenPoche. TracenPoche est un logiciel de géométrie dynamique développé par Sésamath.

En août 2007 je suis arrivé au Pérou pour occuper un poste de résident au lycée français de Lima. J'ai pris contact avec Mariano pour démarrer le projet.

Au Pérou l'usage de logiciels de géométrie dynamique n'est pas très répandu. Le logiciel le plus souvent utilisé est Cabri, mais il y a peu d'établissements qui ont les moyens de payer la licence.

1ère étape: Traduction de l'interface
La première étape du projet a été la traduction de l'interface de TracenPoche en espagnol: noms des boutons, syntaxe et infos bulles. En février 2008 la traduction de l'interface a été achevée.

2ème étape: Traduction de l'aide en ligne
Pour permettre une plus grande autonomie des utilisateurs nous avons traduit les fichiers d'aide. En octobre 2008 les fichiers relatifs à la zone script ont été traduits. L'aide relative à la partie analyse n'a pas encore été traduite.

3ème étape: diffusion de TeP au Pérou
Pour les deux premières étapes, nous avons effectué une traduction du vocabulaire employé par TeP. Notre objectif est désormais de faire connaître TracenPoche aux enseignants péruviens. Avec Mariano nous avons participé à différents colloques. Nous avons pu animer des stages en salle informatique.
La difficulté est de traduire TracenPoche au niveau des usages, et de pouvoir mettre en place une communauté d'utilisateurs. Le projet TeP-Pérou est au stade de l'innovation. Pour créer une communauté d'utilisateurs, nous devons mettre en place des procédures, des moyens d'échanges, des communautés de pratique pour susciter un développement de l'utilisation de TracenPoche.

Projets à venir :
Notre projet actuel est de former un groupe de professeurs stagiaires (équivalent à la 2ème année d'IUFM) sur une durée de 4 mois.

Problématiques liées au Pérou :
Au Pérou de nombreux établissements scolaires sont privés et les enseignants du privé sont mieux payés que ceux du public. Les établissements publics reçoivent en général les enfants des familles les plus pauvres. Lors des stages, j'ai pu rencontrer des enseignants du public qui m'ont parlé de leurs conditions de vie. Dans les campagnes par exemple, certains vont travailler dans les champs à la sortie du collège, pour obtenir un complément de salaire. Il y a également des enseignants qui suivent des cours du soir afin d'obtenir des diplômes qui leur permettraient d'avoir un meilleur salaire. Cela pose le problème de leur disponibilité pour participer à des projets tels que ceux mis en oeuvre par Sésamath.
Les enseignants des institutions privées ont de meilleurs salaires, ils sont donc plus disponibles pour participer au projet TeP-Pérou. Nous pouvons donc constater que le contexte n'est pas le même qu'en France. Sésamath est constituée en grande majorité d'enseignants français du public et son objectif est de mettre à disposition de tous les élèves des ressources gratuites. Au Pérou, une de nos craintes est que ce soient principalement les élèves issus des familles “aisées” qui puissent profiter des ressources de Sésamath. Une autre problématique est de savoir comment mettre à la disposition des élèves de l'enseignement public une formation de qualité en géométrie, qui intègre en outre l'utilisation de TracenPoche.

Le travail réalisé au Pérou devrait permettre à l'ensemble des professeurs des pays hispanophones de profiter de la version espagnole de TeP. Pour permettre une utilisation de TeP à grande échelle, une réflexion sur les ressources à mettre en ligne s'impose. Ceci soulève également le problème de la qualité des documents qui seront mis en ligne.
La version espagnole de TeP pourra favoriser un véritable apprentissage de la géométrie, à deux conditions : que les professeurs aient à leur disposition des documents pour exploiter pleinement les potentialités de la géométrie dynamique ; qu'ils ne se contentent pas d'une transposition du “papier-crayon” à l'ordinateur.
Bertrand Rousset
brousset@sesamath.net

::